Bois-Maury

Bois Maury

Il était dit que la saga des Bois-Maury ne devait pas s’arrêter à la mort d’Aymar. Hermann, ayant plus d’un tour dans son sac, imagina les aventures des descendants du chevalier. Ne faisant naturellement plus références aux tours dans l’énoncé de cette suite qui n’en pas une, les albums suivants narreront chacun un épisode de la vie d’un de ses héritiers au fil des siècles et se présenteront sous la forme de one-shot.

Assunta (1998)

Le premier album, Assunta, voit le chevalier de Bois-Maury combattre aux côtés des hommes de Charles d’Anjou, roi de Sicile et occupant honni par ses farouches habitants. La fronde est menée par la redoutable Concetta, aux cheveux couleur de la lave bouillonnante de l’Etna. Celle-ci est recherchée par Enguerrand et ses chevaliers au service duquel s’est mis le jeune Aymar. Devant affronter au quotidien le regard haineux de ces hommes, il consacre néanmoins l’essentiel de ses pensées à la jolie Assunta dont il a croisé le regard et qui se languit à Palerme. Mais le temps n’est pas aux frivolités de l’amour. Nous sommes en 1282, veille du massacre connu sous le nom de « Vêpres siciliennes. »

Voir aussi : Albums

L’album suivant, le premier de la série scénarisé par Yves H., raconte l’histoire d’un jeune chevalier espagnol du nom de Rodrigo, fils d’Esteban, qui va découvrir grâce à l’érudition d’un moine convers, que les rêves sont le miroir de l’être. En y étant attentif, il va apprendre qu’il n’est pas le fils de messire Esteban mais un enfant trouvé dont le père était un chevalier sans terre nommé Bois-Maury. Démêlant une vile intrigue familiale, il va tourner le dos à la gloire qui lui tend les bras à Tolède pour se mettre sur les traces d’un passé familial qui trouve sa source de l’autre côté des Pyrénées.  L’action se déroule vers 1320, en pleine Reconquista.

Le troisième album en date, Dulle Griet, a lieu en terres flamandes, vers 1560. La région, comme toute l’Europe, est agitée par les convulsions de la Réforme. Toone voit ainsi ses parents condamnés par l’Inquisition pour hérésie : il se vengera. A commencer par l’infâme Kleinbier qui a dénoncé son père pour lui ravir l’or que le hasard lui avait apporté. Cet or qu’un étrange personnage convoite. Il s’appelle Hugo et semble posséder des pouvoirs magiques. En particulier sur la pauvre Griet qui en est amoureuse, au point de s’y aveugler. Bois-Maury, vieux et au seuil de la mort, en sait long mais la jeune Tinne, amie déçue de Toone, veille sur lui. Le tout sous le regard amusé de Pierre Bruegel qui en ferait bien un tableau… 

Dulle Griet, par Bruegel (v. 1562)

L’album suivant, Vassya, nous emmène au pays des Cosaques, en 1604. L’avant-garde polonaise et ses alliés cosaques arpentent la plaine russe chauffée à blanc avec la mission de renverser le tsar et de le remplacer par celui qui se prétend être le tsarévitch Dimitri. Avançant aux côtés de son oncle à qui son éducation militaire a été confiée, le jeune Aymar de Bois-Maury tente de se faire une place parmi les hommes. Mais lorsqu’il croise le regard de la jolie Douniachka, il découvre que c’est un autre combat qui l’attend : le combat des sentiments. Qui s’entrechoquent dans un monde où ceux-ci n’ont pas leur place. Et l’homme qu’il deviendra n’est pas tel que l’espérait son oncle.

Dans Oeil de Ciel, le descendant des Bois-Maury se trouve cette fois embrigadé dans l’armée espagnole, ou ce qu’il en reste, qui chemine péniblement dans la dense forêt du Yucatan, à la recherche de l’or d’une improbable cité perdue. Alors qu’ils sont attaqués par une des dernières tribus Maya, Bois-Maury en réchappe et se retrouve avec quelques survivants et un étrange prisonnier Maya aux yeux bleus. Obsédé par la quête impossible de l’or, Bois-Maury s’enfonce avec ses compagnons toujours plus profondément au cœur de la forêt, au mépris du danger et des guerriers Mayas qui sont sur leurs traces. Commence alors un voyage au bout du monde, au bout de la folie. 

Œil de Ciel (2012)